Naturellement offerts par Lucien Reymond, grand spécialiste du problème. Qui avait déjà tenté de le résoudre dans maintes de ses publicationjs, notamment dans son historique de 1864. 
    Ce n'était donc là, article paru dans la FAVJ du 4 juin 1885, qu'une pierre de plus à l'édifice.
    Il est vrai que Lucien Reymond avait raison sur presque tous les points évoqués - sauf de vouloir vendre notre eau aux Genevois! - La suite des temps se chargea de le prouver. Ainsi donc, dès le début du siècle suivant, l'on se mit à creuser sous la montagne pour y établir un canal qui permettrait d'évacuer les eaux de Joux. Ainsi désormais les inondations ne seraient plus qu'un lointain souvenir. Sauf à de rares exceptions où le lac Brenet, par exemple, retrouva ses grandes limites. Ce dut être sauf erreur en 1955,quand l'on vit la cabane du Hockey-Club Pont-Charbonnières flotter sur les eaux!