1852. Quand Bonport n'était plus rentable.
Bonport vers 1910. Il ne reste plus aucune construction.
    Pendant les années où la commune de l’Abbaye fut propriétaire de Bonport,de 1777 à 1852,  elle eut une quinzaine de fermiers don la plupart étaient originaires de la commune elle-même. Quelques-uns vinrent du Pied du Jura. Plusieurs ne firent que trois ans, la durée d’un bail, d’autres six. Seuls deux des fermiers restèrent douze ans consécutifs. Ce furent David Rochat et les frères Mouquin du Pont. Finalement le Conseil communal invita la Municipalité de l’Abbaye à fournir un rapport sur les recettes et les dépenses faites en Bonport pendant un certain nombre d’années en arrière. Celui-ci fut présenté et portait sur les années 1821 à 1851. Pendant ce laps de temps, la commune avait dépensé pour Bonport la somme de 76 895.- tandis que les recettes ascendaient à la somme de 27 657.- seulement, y compris certains subsides de l’Etat. 
    Il était temps de vendre!