Histoire laitière, fromagère et alpestre

Les classiques Henri Cordier

    Nous n'avons malheureusement pour l'heure que peu d'informations biographiques sur  Henri Cordier.  Nous savons cependant qu'il était directeur de l'école communale de Mouthe en 1902, donc qu'il put vivre dans cette localité à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il publia à notre connaissance pour la première fois un ouvrage en 1902. Il s'agit de: L'industrie fromagère dans le Haut-Jura. Ce texte fut suivi d'une production collective, le Pays des Sapins, que l'on peut estimer avoir été publiée pendant la période de guerre. Ouvrage didactique destiné peut-être surtout aux élèves de la même école de Mouthe. Ensuite Henri Cordier remettra l'ouvrage sur le métier, alors il devait être à la retraite, pour donner sa belle série intitulée: Au Pays des Sapins. Elle devait comprendre  sauf erreur 7 tomes. Nous n'en connaissons que cinq, sans qu'il nous soit possible de savoir si les deux derniers ont fait l'objet d'une publication ou s'ils n'ont été qu'annoncés. 
    Henri Cordier donna ainsi des études sur sa région qui sont uniques. Parce que l'homme est unique lui aussi,  qui s'est intéressé à tout de la vie de son "coin" qu'il a aimé plus que de raison. Ainsi Henri Cordier parla des vieux métiers, des forêts, des pâturages. Il connaissait ce milieu environnemental sur le bout des doigts, il en ressentait les vibrations les plus authentiques. Tant et si bien que ce qu'il a écrit, pour finir, est presque devenu universel. Ce sont des petites choses souvent, certes, mais justement, par les détails qu'il donne, il permet qu'on pénétre à sa suite dans l'authenticité de l'homme et de sa destinée. Henri Cordier est du Doubs certes. Mais l'on se rend compte que finalement la vie que les gens menaient dans ce département, était sensiblement pareille à celle que l'on connaissait à quelque dix ou vingt kilomètres plus loin, de l'autre côté de la frontière, dans ce vallon parallèle qu'est la Vallée de Joux. C'est dire que les études ethnographiques ou ethnologiques de Henri Cordier permettent en même temps de retrouver la vie passée de nos propres ascendants. Et c'est bien là la raison pour laquelle aujourd'hui nous avons un plaisir immense à intégrer cette riche matière à nos productions locales. Nul, certainement, ne le regrettera.