Histoire laitière, fromagère et alpestre

Le Ranz des vaches, comme Ils l'ont aimé...

   Le Ranz des vaches est un sujet clé dans la littérature folklorique et musicale de notre pays. Il a donné lieu à différentes publications, dont un gros livre de qualité : Guy S. Métraux, Le Ranz des vaches, du chant de bergers à l’hymne patriotique, paru en 1998, sauf erreur en deuxième édition, aux Editions 24 heures à Lausanne.
    Ce livre éclaire le mythe de manière fondamentale et très chaleureuse.
    Alors pourquoi une nouvelle brochure sur le sujet ?
    Simplement pour le plaisir.
    Nos connaissances musicales sont nulles, par contre notre goût du vieux document est profond et le désir de trouver des textes non encore cités dans toutes les bibliographies en notre possession, très vivace.
    En a-t-on pas parlé, de ce Ranz des vaches, qui trouve la part belle dans différents sites internet qui tous, d’une manière ou d’une autre, contribuent encore à enrichir la bibliographie sur le sujet.
    On constate cependant  au sujet de toutes ces publications une chose qui ne laisse pas d’intriguer. On parle, on discourt, on analyse, on cite des textes pratiquement introuvables, mais jamais ou presque, on ne se donne la peine, mis à part dans le livre précité,  d’établir un recueil qui comprendrait l’essentiel de tout ce qui s’est publié sur le sujet. Cette brochure compense ce manque dans une faible mesure, puisqu’il ne nous appartient pas de mener à bien des recherches extrêmement fouillées, cette brochure n’étant, malgré tout le plaisir que nous prenons à la réaliser et le temps qu’elle nous a demandé, une parmi tant d’autres.
    Nous excluons de cette compilation un titre fameux et classique, encore que nous n’ayons pas encore pu en prendre connaissance, le célèbre « Recherche sur les ranz des vaches, ou sur les chansons pastorales des bergers de la Suisse, avec musique », de George Tarenne, paru en 1813. Notre espoir est de pouvoir mettre la main sur ce titre, le photographier entièrement et en donner une nouvelle édition.
    Bien d’autres textes manqueront à notre anthologie, dont les titres sont  donnés dans de nombreuses bibliographies.
    Matière internet, très intéressante, qui permet une confrontation salutaire d’idées sur le sujet. En particulier sur l’origine du Ranz des vaches. A cet égard un texte signé Francis Brodard, ancien président de la Fédération interrégionale des patoisants, du 15 janvier 2006, nous offre des éléments extrêmement intéressants. Parmi ceux-ci l’information suivante :
    « Gauchat a découvert que la plus ancienne notation connue se trouve dans un ouvrage intitulé « Bicinia », chant à deux voix de 1545.
    Selon Joseph Yerly, la célèbre mélodie est attribuée à un frère chartreux de la Part-Dieu. Il l’aurait chantée pour la première fois sous les solives enfumées du « Cheval Brûlé », in Tsavô Bourlâ, un chalet situé en dessous du Gros Plané.
    Cela nous rapproche d’une partition découverte en 2001 par Albert Visinant.
    Dans un débarras après décès, il a trouvé des liasses de papiers ficelées. Elles contenaient une partition avec en tête « Lez armahi di Colombèté. Le texte des couplets fait défaut. Cette partition, en notation losangée est datée de 1527, compte tenu d’une marge d’erreur de 10 ans, une date antérieure au plus ancien ranz des vaches connu à ce jour.
    Elle est l’œuvre d’un moine du couvent de la Part-Dieu, frère Angélo, d’origine italienne.
    Cette importante découverte a été citée dans La Gruyère du 31 mars 2001 ».
    A notre avis découverte plus que surprenant, même prodigieuse, qui pourrait même faire croire à un poisson d’avril s’il ne s’agissait pas d’accorder entièrement crédit à l’auteur.
    Un Ranz des vaches qui remonte donc très loin dans le temps et qui était déjà « une vieillerie » au temps de Rousseau, alors que celui parlait de cette chanson.
    Nous vous livrons maintenant nos découvertes, certaines parfaitement connues, avec notamment le texte de Philippe-Sirice Bridel paru en 1813, d’autres beaucoup moins, parmi ces œuvres le très spécial et très coloré Ranz des vaches des Editions SPES, Lausanne, illustrations de Jeanne Pflüger, imprimé probablement dans les années trente à cinquante sans que nous ne puissions cependant donner une date plus exacte pour situer cette rare production enfantine qui reste néanmoins quelque part un enchantement.
    Il ne fait pratiquement aucun doute que le Messayer boiteux de Vevey ait lui aussi parlé du Ranz des vaches. La collection complète reste à dépouiller. 
    Nous vous souhaitons de bonnes découvertes.