La production de brochures diverses sur l’histoire de la Vallée de Joux a débuté en 1974. Elle  se poursuit encore à l’heure actuelle, toujours très intense dans le nombre des publications, mais par contre microcospique quant aux tirages qui, en aucun cas, n'inonderont le marché. Ces différentes publications sont pour beaucoup épuisées. Elles pourront par contre être consultée à la bibliothèque des Archives  cantonales en particulier.
   La complexité de la matière nous a amené à établir des collections diverses. Celles-ci sont les suivantes :
  • Collection «Etudes et documents »
  • Collection « Etudes et documents », Hors-Série
  • Collection « Jadis »
  • Collection « Reprint » - fermée  -
  • Collection « Paysages » - fermée  –
  • Collection « Les Emigrants » - fermée   –
  • Collection « Voyages à la Vallée de Joux »
  • Collection « Economie laitière et alpestre »
  • Collection « Histoire de l’horlogerie à la Vallée de Joux » - en préparation 
  • Collection « 500e des Rochat » - 7 titres, fermée –
  • Collection « Contes et récits » - 4 titres, fermée  –
  • Collection « Dictionnaire » - 1 titre, fermée –
  • Collection « Chefs-d’œuvre » - 9 titres, fermée  –
  • Collection « Archives familiales » -  13 titres, fermée  –
  • Collection « Feuilles blanches » - fermée  –
  • Collection « Vécu » - fermée –
  • Collection « Mémoire de toute une vie » - une dizaine de titre,  fermée –
  • Collection « Familles et destins » - 10 titres, abandonnée –
  • Collection « Bibliothèque combière » - 5 titres, fermée
  • Collection « Voyages et littérature ».

    Pour produire ces innombrables brochures - les disponibles à découvrir sur le catalogue ci-dessous -  nous avons passé par différentes techniques d’impression. La première consistait en l’utilisation d’une bonne vieille Gestetner, celle-ci nécessitant alors une frappe des textes sur des stencils à encre.
    Une machine d’appoint gravant des textes originaux fut utilisée plus tard, quoique  peu de temps en raison du prix excessif des stencils, .
    Une troisième machine gravait les originaux directement sur un stencil mince et permettait ensuite de produire des copies – noir/blanc toujours – a un coût défiant toute concurrence. De malheureux problèmes de rayures sur les stencils que nous ne pûmes jamais résoudre, condamnèrent ce système qui offrait pourtant de belles perspectives.
    Vint ensuite la photocopieuse, méthode d'impression encore utilisée aujourd'hui. La qualité est excellente quoique le coût par copie soit relativement élevé. Ce système a désormais condamné le stock, et en même temps limité drastiquement le nombre des exemplaires par titre.
   Services inapréciables de l'ordi dès 2000 environ, avec utilisation d'imprimante diverses dont aucune ne donna vraiment satisfaction, d'où le côté toujours très approximatif de nos pages couleur. L'achat récent d'une imprimante laser permettra d'améliorer la qualité et de supprimer, nous l'espérons, ce défaut majeur des imprimantes à jet d'encre, les raies !
    Le coût des cartouches étant excessif voire scandaleux, contribue aussi dans une large mesure à la limitation de nos tirages. 
    Tout en fait s''est toujours rejoint  pour sonner le glas de la haute production de nos éditions condamnées désormais au nomdre de titres plutôt qu'à celui des exemplaires !