Tome quatrième, Vivre à la Fontaine aux Allemands.
Les Ordons.
    Cette étude, qui comprendra en fait deux versions, l'antérieure, un peu brouillonne, et la nouvelle plus structurée, plus épurée aussi, permettra en un court laps de temps de prendre connaissance de la manière dont les habitants de la Fontaine aux Allemands pouvaient vivre. 
    Ils étaient courageux, en leur froid haut plateau. Ils y avaient planté leur tente pour près de trois à quatre siècles, se contentant des conditions que la nature leur offrait là-haut, et celles-ci n'étaient pas faciles, loin de là. Climat rude, terre d'une fertilité très moyenne, éloignement, bref, fallait être solide pour résister et tenir. Ce qu'ils firent malgré tout, aimant leur situation austère comme d'autres affectionnent des petits coins de paradis! 
    Il y eut ainsi de nombreuses maisons, celles-ci un peu éparpillées sur le terrain, comme si créer un vrai village là-haut, n'était pas possible. Il y eut les chemins que l'on entretenait non sans peine. Les travaux au fil des jours, agriculture, élevage, boissellerie, et même un peu d'horlogerie pour le XIXe siècle. On vit une école. Bref, une vie en apparence normale, s'il n'y avait eu cet éloignement un peu trop conséquent et qui, pour finir, fit partir la majeure partie de la population. On allait vers des bas plus cléments, on retournait au village d'où, bien autrefois, les premiers habitants de cette région étaient partis. On revenait ainsi au point de départ, où parfois même, l'on quittait la Vallée voire même le pays. 
    Ainsi va la vie, l'homme n'étant jamais que sur une jambe!