98. Le méfait d'Antoine Guignard
Fut-ce la manière dont Antoine Guignard introduisit-il ses vacherins de contrebande à la Vallée ?
    1934 est une autre date importante. On découvre en effet que cette année-là le citoyen Antoine Guignard de la Frasse, au-dessus du Lieu, fut pris par les gabelous important 150 vacherins de France. Sachant qu'à l'époque les droits d'entrée pour les fromages et le vacherins étaient d'environ 6 batz le quintal (chiffre de 1812 à transposer en francs et centimes si besoin est), cela faisait une fraude occasionnant une perte d'environ 9 batz à la douane de la Frasse.
    Il est très certainement à considérer que l'amende pour importation illégale dut porter sur un chiffre de beaucoup plus important.
    Antoine Guignard est donc un gaffeur qui eut du mieux considérer les tournées des gendarmes de ce lieu retiré que sont les maisons foraines du Lieu.
    Mais 150 vacherins, bigre, cela fait une jolie cargaison. Et cela prouve aussi qu'il y aura des possibilités de vente, et si ce n'est pas à la Vallée, à la capitale probablement.
    Nous voici donc avec un commerce de vacherin en plein essor et qui ne va faire que gagner d'année en année en importance, le vacherin combier sur les marchés du bord du Léman remplaçant peu à peu, selon nos hypothèses, le vacherin des Alpes que l'on abandonne sans que nous sachions pourquoi.