95. Anthoine Kenobele du "Sibetal", muratier
c'est ici - maison naturellement remaniée au cours des âges - que vécut Anthoine Kenobele du Sibetal
    Anthoine Quenoble (son nom suisse-allemand sera écrit à toutes les sauces), venu du "Sibetal" pour s'installer à la Cornaz, en dessus des Charbonnières, est un cas particulier. 
    Il a probablement débarqué à titre de fromager dans l'un ou l'autre de nos chalets d'alpage, avec la possibilité de l'avoir été soit aux Crêt-à-Chatron, soit à la Muratte. Il rencontre demoiselle Anne-Marie Rochat de la Cornaz qu'il épouse et chez laquelle il s'installera à demeure. Il semble tôt oublier son métier supposé de fromager pour se faire muratier, c'est-à-dire constructeur de murs de pâturage. Il travaillera parfois en équipe avec son beau-frère Jean-Isaac Rochat, lui aussi habitant de la Cornaz.
    Il fonde donc famille. Celle-ci deviendra nombreuse. Ses enfants semblent malheureusement ne témoigner aucune affection pour le couple qui, en plus de traîner le boulet d'une vie laborieuse, semble s'enfoncer dans la misère, ou tout au moins dans  l'indigence. Aucun des enfants ne restera au village, laissant père et mère seuls. 
    Des vies qui auraient pu passer entre les gouttes de l'histoire si ce nom de Kenobele ne nous avait pas interpellé plus d'une fois. Il convenait de savoir!