94. Les vétérinaires.
Paul Meylan, vétérinaire du Solliat.
    Paul Meylan est vétérinaire au Solliat en 1895. On lira plus loin le conte que lui a accordé Dazur Lavallée. 
    La profession n'est pas très ancienne. Autrefois toutes sortes de meiges, de medzes, de charlatans divers se chargeaient de soigner le bétail, ou plutôt de donner de bons conseils afin que celui-ci survive. A grand renfort de plantes diverses, de trucs de derrière les fagots, parfois ils arrivaient à résoudre un cas ou l'autre. Mais travaillant tout entier dans l'empirisme, les chances de guérison n'étaient pas monstrueuses. 
    Il se put que des médecins traditionnels purent eux aussi donner de bons conseils. 
    En ce domaine de la santé du bétail, l'horreur presque absolue, la fièvre aphteuse ou surlangue. Alors on fermait ses frontières de part et d'autre. Car pour les Suisses, la surlangue venait toujours de la Franche-Comté, et pour les Franc-Comtois, la même maladie venait toujours de la Suisse!