91. Les dentistes.
Si les patients râlent, les graphistes eux par contre s'en donnent à coeur joie.
    Profession peut-être parmi les plus nécessaires et pourtant la moins appréciée. Aller se faire arracher une ou plusieurs dents, en quelque temps que ce soit, n'ayant jamais été considéré comme une partie de plaisir. D'aucuns préféreraient, on le suppose, passer sous une bagnole que d'aller s'asseoir dans une chaise de dentiste pour se faire retirer l'un ou l'autre de ses chicots! 
    Seul avantage à cette opération barbare, c'est que les dents que vous n'avez plus ne vous font plus mal et qu'en conséquence il ne vous arrive jamais de regretter ces salopes qui vous ont,  un jour passé, souvenez-vous en, complètement massacré une ou plusieurs journées, alors que vous ne saviez plus que faire pour calmer la douleur, et que même les calmants n'avaient plus aucun effet sur vous.  
    Quels jolis souvenirs. Ceux-ci que nous avons pu conter autrefois dans quelques textes de derrière les fagots. 
    Bref, on ne touche pas ici à un domaine où les joies humaines sont les plus vives. Et pourtant, que faire sans nos dentistes. Je vous le demande!