88. Augustine Meylan, Voyage à Venise,1902-1912.
La Venise traditionnelle si aimée des touristes.
    L'arrivée de Venise n'était pas très agréable. La pluie tombait à torrent. Quittant le chemin de fer qui passe sur un pont de 3 km, il semble que nous sommes dans l'eau. De là, les bateaux nous ont pris pour nous conduire dans nos hôtels. Après le dîner, nous nous mettons en route pour visiter les galeries de St-Marc où nous sommes à l'abri. Jusqu'à minuit, nous avons visité les monuments et les statues, les magasins où les diamants et toutes les pierres précieuses sont amoncelés.
    Le lendemain, quelle joie, nous avons un temps splendide. Nous prenons une gondole et pendant plusieurs heures nous traversons tous les canaux. Quelques fois, dans les tournants, nous nous trouvions douze gondoles serrées les unes contre les autres, sans aucun choc. Nous glissons légèrement, les gondoliers, avec une seule rame, vous conduisent avec grâce et sécurité. Le grand canal est bordé de palais et d'églises.