87. La guerre des appellations à la fin des années septante
24 Heures du 18 janvier 1979, un dessin signé Bürki
    Le vacherin Mont-d'Or portait le même nom, qu'il soit fabriqué d'un côté ou d'un autre de la frontière franco-suisse. Afin d'éviter des confusions sur le marché international, encore que c'était strictement le même fromage, puisque d'une commune origine, il convenait d'établir une différenciation artificielle entre ces deux pâtes molles.
    Un traité avait tout d'abord été signé entre les deux parties à Berne le 14 mai 1974. Celui-ci paru dans le Journal officiel le 11 novembre 1975. Ce traité concernait la protection "contre la concurrence déloyale des produits naturels et fabriqués et notamment les indications de provenance y compris les appellations d'origine, ainsi que d'autres dénominations géographiques réservées à certains produits ou marchandises déterminées".
    Que voilà un sage entortillage qu'il convenait de dénouer. Ce fut quelques anneés plus tard, où nos voisins purent constater que si le vacherin suisse était désormais porté sous la désignation exacte de vacherin Mont-d'Or, eux-mêmes ne pouvaient plus utiliser le terme. A leur grande insatisfactioin, on peut l'imaginer, et d'autant plus que les professionnels de la branche n'avaient même pas été consultés!
    De guerre lasse ils acceptèrent de voir leur vacherin désigné sous le terme de Mont-d'Or - tout court - ou de vacherin du Haut-Doubs.
    Quant aux fabricants et producteurs suisses, ils juraient leurs grands dieux qu'ils n'étaient pour rien dans cette situation, tout juste reconnaissant qu'ils avaient déposé un dossier de protection, mais cela si anciennement qu'ils l'avaient presque oublié!