86. Pour une nouvelle promenade à Clusone.
Des maisons vétustes mais néanmoins pleines de charme côtoient des bâtiment parfaitement restaurés.
    La seconde. Plus enrichissante encore que la première. S'étant essentiellement déroulée en suivant le guide: Clusone, itinerario storico artistico. Ce qui permit de découvrir la plupart des lieux de cultes ainsi que les bâtisses historiques. 
    Mais il fut aussi bon de flâner, de se perdre dans les petites ruelles, de charogner après les bagnoles qui infestent le coeur de cette cité, de maudire les autorités incapables de régler un simple problème de circulation, plus encore d'ouvrir tout grands les yeux pour s'imprégner de ce complexe architectural fascinant. Il est évident que pour comprendre la ville, il faudrait un livre de 300 pages. Le passé de cette cité doit être des plus intéressants. Nous avons manqué la librairie! 
    Le point d'orgue reste naturellement la visite attentive des extérieurs du Palazzo della Ragione qui reste une construction fascinante. On se plaît sur la place. On s'y arrête. Rien ne presse. Le temps, découpé en tranche par la fameuse horloge planétaire de Fanzago de Clusone, est devenu sans importance. On se laisse vivre tout en constatant que des cultures, quelque part dans le monde, étaient de beaucoup supérieures à celle qui s'était développée dans sa propre région. Et cette évidence vous remet à votre juste place: modeste! 
    D'où l'intérêt des voyages, et surtout de savoir s'arrêter et apprécier ce que d'autres, des artistes incomparables, ont accompli pour les générations suivantes dont nous sommes encore, et quoique bien entendu nous serons suivi par d'autres générations. A chacun son tour, pourrait-on dire. A chacun d'aimer ce passé qui, malgré les riches oeuvres d'art, ne fut pas toujours tout rose pour chacun. Ils en ont trimé, nos gailllards, elles en ont souffert, nos vaillantes dames qui n'avaient que trop peu eu droit au chapitre, juste enfanter et travailler!