85. Le chalet du Risoux.
La végétation pour le moins étonnante de la clairière du chalet du Risoux.
    Chalet disparu depuis probablement plus d'un siècle. Il est là-bas, sur sol français, au pied du Grand-Crêt. Les cartes topographiques actuelles non seulement ne le signale plus, mais ne font même plus état de la clairière au centre de laquelle il était, et qui pourtant existe encore. Le relevé est donc en quelque sorte sommaire. 
    Là-bas, ce qui étonne dans cet espace réduit, c'est la constitution de la végétation qui tranche avec tout ce que l'on connaît du Risoud. Courte, serrée, véritables tapis de différentes espèces, avec une zone toute entière dévolue aux fougères. Deux trous témoignent de la présence de deux anciens puits. La zone, située en quelque sorte dans un creux, devait être suffisamment pourvue d'eau. Et pourtant elle fut l'une des premières à être désertée. Etait-ce la présence immédiate de la frontière, la trop grande distance d'ici aux premiers lieux habités, bref, on a tôt tourné le tôt à cet espace aujourd'hui en d'autres endroits que cette belle clairière retourné tout entier à la forêt. 
    Une forêt dont le sous-bois offre en ce printemps des verts tendres à croquer. Quelle merveille!