79. Les Aiguilles de Baulmes revisitées encore une fois par le professeur Samuel Aubert en 1936.
Le cirque majestueux des Aiguilles de Baulmes.
    Aucune sommité du Jura ne mérite le nom d'aiguille, car aucune ne dresse dans les airs des pointes effilées, des flèches comparables aux nombreuses "aiguilles" qui s'élèvent si fièrement dans le ciel de Chamonix. Les sommités du Jura sont toutes des crêts, des bosses aux flancs plus ou moins inclinés, plus ou moins escarpés d'un côté seulement. Les Aiguilles de Baulmes sont formées par une arête rocheuse très déchiquetée qui domine le versant nord du vallon de la Baumine sur une longueur d'environ quatre kilomètres et dont la partie sommitale prend la forme d'un arc rocheux bien dessiné dont la silhouette majestueuse et la grandeur sauvage s'affirment particulièrement bien quand on les contemple du sommet du Suchet qui lui fait vis-à-vis. Cet arc culmine à 1563 m. et c'est lui, sauf erreur, qui a reçu le nom d'Aiguille de Baulmes (au singulier). Mais d'aiguilles il ne peut être question nulle part et l'on se demande le pourquoi de cette appellation?