79. La Petite Echelle.
La Petite Echelle avant les transformations.
    La Petite Echelle, nom quelque peu étrange. Il faut le rattacher à ce toponyme employé à tour de bras dans toute la région supérieure de Vallorbe, des sources au Mont d'Orzeires en allant jusqu'à la Grande Echelle. On l'attribue à la possibilité qu'il y ait eu autrefois à franchir certains passages hasardeux entre le haut et le bas avec des échelles. On n'en sait trop rien, l'homme étant de toujours suffisamment malin pour inventer tout de même des moyens plus aisés pour  se déplacer, et surtout qu'ici il fallait non peulement passer seul à pied, mais le plus souvent avec les chars et chevaux nécessaires à transporter des marchandises d'amont en aval ou vice-versa. Vallorbe ayant fait de la Vallée, tout au moins de sa partie est, une prolongation de son territoire, avec notamment ses charbonniers installés à la Tornaz, cette localité n'avait pas possibilité d'en rester à des déplacements si primitifs. Il fallait innover. D'où le mystère restant entier sur ce toponyme. 
    La Petite Echelle, c'est un nom plein d'une douce poésie, puisque les gens de la région, le dimanche, pour se changer les idées, allaient volontiers manger la tomme dans le restaurant de ce site. On sait aussi que les sociétés aimaient à se rendre là-bas en guise de courses annuelles. 
    Bref, pour tous les Suisses, comme aussi pour les Français de la région de Rochejean, et bien entendu pour les Vallorbiers dont c'était presque aussi encore le territoire, la Petite-Echelle, était un but des plus couru. 
    Le chalet fut transformé précisément en vue d'accueillir tout ce monde. Le résultat est plus que discutable. C'est même devenu aujourd'hui une incongruité remarquable. Si le photographe est effrayé par la façade à vent, d'une épouvantable prestance, il est par contre fort attiré par les éléments de la façade d'accueil. Il y a là matière à concours.
    Dans l'ensemble, on peut penser ce que l'on veut, discourir autant qu'on le voudra, la Petite Echelle, quelque part, reste mythique et fascinera toujours par quelque côté.
    Notons encore pour finir, que la Petite Echelle, en 1835, estimée distante de 7 km de Rochejean, accueillait 27 vaches en été et en gardait 7 en hiver. Le fourrage était suffisamment abondant à proximité du chalet pour nourrir ce petit troupeau. Le mystère demeure sur l'usage que l'on faisait du lait entre deux saisons d'alpage et avec une production insuffisante pour faire un fromage.