79. Epiciers de nos villages.
Un magasin tenu par plusieurs propriétaires et qui bientôt deviendra la Coopé!
    Dès le milieu du XIXe siècle, à peu près, nombre de nos habitants pensèrent qu'il serait  bon et rentable de tenir boutique. Ils transformèrent en conséquence quelque partie de leur maison en épicerie. Une vitrine, une enseigne, des tablars et le tour était joué. 
    Il est évident qu'il fallait tout de même se situer dans un endroit favorable. Ainsi les premières épiceries furent-elles établies dans les localités les plus importantes. Néanmoins d'autres furent bientôt ouvertes dans tous les villages et hameaux de notre Vallée. 
    On y trouvait souvent un peu de tout: épicerie, quincaillerie, tissus, outils, etc... De vrais petits bazars. Ils furent très nombreux jusque dans les années soixante, où l'achat par tout un chacun d'une voiture, et surtout l'installation des grandes surfaces, allait sonner le glas de la plupart de ces modestes boutiques. 
    N'empêche, un magasin qui se fermait, c'était une page tournée, un peu de notre passé qui s'en allait, une part somme toute importante de l'ambiance d'un village qui disparaissait. Mais rien ni personne ne pouvait changer quelque chose. C'était l'évolution normale de la société. 
    Les photos heureusement témoignent encore de ces magasins d'autrefois. Tenus en général par Madame, tandis que Monsieur, la boutique ne suffisant pas à nourrir une famille, en général, nous parlons-là des petits établissements de hameau, vacquait à d'autres occupations. Ce pouvait être l'horlogerie, ce pouvait être la paysannerie, d'autres métiers encore.