73. Retour à Oneta.
Une fresque de la maison d'Arlequino.
    Oneta, c'est un petit village ou hameau perdu dans la montagne au-dessus de San Giovanni Bianco. Le promeneur peut le joindre depuis Cornello dei Sasso. C'est à une petite demi-heure de marche. Ce jour-là toutes les rivières semblaient en furie, et le grand Brembo, dans le fond de la vallée, faisait entendre son grand bruit, lui qui avait drainé toutes les eaux de l'immense Val Brembana. 
    Oneta, c'est là où passaient, et ceci jusqu'en l'an 1593 très exactement, toutes les caravanes de muletiers qui s'en allaient ensuite à destination des Alpes voire de l'Europe centrale. On avait pu s'y enrichir d'y tenir alors boutique sur rue, de loger les transporteurs, de nourrir leur animaux de bat, bref de permettre à cet immense commerce de se développer. 
    Oneta, c'est aussi là où l'on trouve la maison d'Arlequino. Celle-ci vient d'être restaurée. On la visite. Dans l'une des salles, ce qui constitue à vrai dire l'essentiel de l'intérêt de cette très belle bâtisse, des fresques remarquables. Des thèmes profanes se mélangent à d'autres d'essence religieuse. Les propriétaires, riches, notables importants, avaient su engager des artistes de premier ordre pour décorer ce qui constituait très certainement une salle d'apparat. Une restauration de longue haleine a permis de redonner toute leur gloire à ces oeuvres magnifiques. 
    On boit le café dans les anciens entrepôts, ceux-ci naturellement voûtés. 
    A Oneta, on est tout simplement bien!