73. Des Ormonts à Bretaye en 1932, par le professeur Samuel Aubert.
Cette magnifique région des Diablerets.
    Partout dans les Ormonts, les habitations sont dispersées à la surface des prairies et à des altitudes diverses. A côté des habitations proprement dites, existent des granges ou mazots dans lesquelles sont emmagasinées les récoltes là où elles ont crû. Et volontiers, l'habitant s'en va d'une demeure à l'autre avec son bétail. La récolte n'est pas amenée dans une maison centrale comme chez nous, mais le bétail, troupeau mobile, s'en va la consommer dans les divers points de la propriété, là où elle a été engrangée.
    L'agglomération des Diablerets offre un coup d'oeil charmant. Accrochée à la pente, d'inclinaison moyenne, elle se compose d'une infinité de demeures ou chalets en bois, de style rustique, munies de galeries ajourées. Volontiers, les façades s'ornent d'inscriptions rappelant la date de la construction, sans parler de longues rangées de "primes". Et partout, des prés fertiles, des ruissaux bordés de buissons, des boquetaux. Tout cela constitue un ensemble aimable et paisible, aussi comprend-on aisément que tant de gens se soient épris des Diablerets et année après année y aillent passer leurs vacances. Nous connaissons un Lausannois qui, depuis quarante-deux ans, y passe régulièrement deux ou trois mois chaque été.