72. Edmond Audemars, aviateur (1882-1970)
Edmond Audemars dans sa combinaison d'aviateur
    Géo, dans la FAVJ du 19 aout 1970, trace un beau portrait de ce Combier hors norme. Nous ne pouvons que le reprendre:
    + Edmond Audemars, aviateur.
    Nous apprenons le décès, survenu à Paris, d'un Combier qui a fait honneur à sa Vallée natale. Nous voulons parler de M. Edmond Audemars, qui s'en est allé à l'age de quatre-vingt-huit ans. 
    Le défunt est né au Brassus, le 3 décembre 1882. C'était un membre de cette famille Audemars des Grandes-Roches qui a donné plusieurs citoyens éminents à la communauté.
    Dès son plus jeune age il s'intéressa au sport et ceux qui le connurent se souvenaient de ses prouesses à vélo, lorsqu'il descendait le col du Marchairuz à tombeau ouvert. 
    Ed. Audemars est attiré par l'aviation naissante. Il s'embarque pour Paris et apprend le maniement de ces machines délicates qu'étaient alors les premiers avions. C'est le 1er juin 1910 qu'il obtient le brevet de pilote et vient en Suisse le faire valider par l'aéro-Club helvétique. Ce document porte le No 7.
    Notre aviateur combier s'affirme très rapidement et ses performances sont remarquables. Il faut dire cependant qu'à cette époque, il n'était pas possible de les diffuser sur les ondes, ce qui les rendaient moins connues du monde. Le 17 aout 1912, il effectue le premier vol Paris - Berlin, puis en 1913, non sans peine, à cause des hauteurs du Jura, il relie Genève à Bale. Enfin, en pleine guerre, le 8 septembre 1915, il établit un record d'altitude en grimpant à 6000 mètres. Notre compatriote dut alors subir une température de - 30 degrés, mais cela n'avait rien d'excessif pour un jeune homme qui avait connu notre apre bise hivernale.
    M. Edmond Audemars ne se désintéressait point de sa Vallée natale. C'est ainsi qu'il fut un collaborateur apprécié de M. J.-D. Le Coultre et contribua au développement des fabrications au Sentier des compteurs d'avion et d'auto.
    Le défunt avait gardé une étonnante jeunesse d'esprit et revenait parfois retrouver les sapins du Jura. Il pouvait naturellement y rencontrer de nombreux parents. C'est à ces derniers que nous adressons aujourd'hui nos sentiments de sympathie et de regret.                                          Géo.

    Signalons ici que deux auteurs combiers ont parlé plus longuement de ce personnage. Il s'agit de Louis-Samuel Golay dans "Des horlogers combiers du passé au présent", 1986, pp. 25 à 31, et de Daniel Aubert, dans "La Vallée des montres et des horlogers exceptionnels, volume III, Editions Antoine Simonin, pp. 111 à 137, avec de nombreuses et excellentes photos.
    On trouvera d'autre part de nombreux renseignements sur Edmond Audemars et ses pairs de l'époque sur le site Pionnaire - GE. A voir absolument si vous etes intéressés par les débuts de l'aviation.