70. Le Val Bedretto vu par Samuel Aubert en 1924.
Qui a dit que le val Bedretto n'était pas enchanteur?
    Ce val Bedretto, bien que tessinois, n'a rien de la beauté radieuse et enchanteresse que l'on se plaît à reconnaître dans les paysages du sud du canton. Il est creusé en pleine et rude montagne, dans les durs granits du Gothard. Aussi fait-il figure sauvage et farouche quand on le considère du haut en bas, dans un profil transversal. En haut, ce sont des sommets dépassant 3000 mètres, flanqués de courts glaciers, déferlant en rochers précipitueux, en éboulis instables, en formidables ravins, jusque dans la zone des pâturages, où l'inclinaison s'adoucit un peu pour reprendre de plus belle le long des pentes mollemement boisées qui tombent dans le torrent ou aboutissent à d'étroites terrasses dominant celui-ci.