70. Céréales, moulin, farine et pain.
Des camions - ils sont trois - viennent livrer de la farine à la boulangerie de Chez-le-Maître.
    Vaste sujet qui sera repris en différents chapitres, et notamment en ce qui concerne les moulins de la Vallée de Joux qui verront chacun, nous l'espérons, un jour sa propre notice. Et ils furent nombreux, au fil des siècles. 
    On cultivait donc des céréales, orge, seigle, avoine, rarement du blé. Toutes céréales que l'on récoltait et qui seraient ensuite battues dans les granges. Il en résultait le grain que l'on mettait dans des sacs, que l'on montait à quelque étage supérieur pour être ensuite vidé dans les arches en vue d'une mouture ménagère future. 
    Il se trouvait aussi souvent que les céréales étaient menées directement au moulin le plus proche pour être moulues et offrir de cette manière la précieuse et belle farine. Dont on ferait le pain. 
    En ce temps-là beaucoup avaient des fours particuliers. Les autres s'en allaient faire cuire leurs pâtes au four du village, ou four banal. Les conditions d'utilisation se découvrent dans nos archives. 
    On aura donc, en plus des moulins, à parler de ces fours innombrables, et de ces autres, moins nombreux mais plus conséquent, banaux, permettant donc à tout un chacun d'aller y cuire ses pains. Tout un monde dont l'exploration prendra du temps et nécessitera une fois encore de retourner à nos précieuses archives.