69. Délices d'une seule saison, le vacherin Mont-d'Or
A l'emboîtage, un ouvrier probablement d'origine italienne.
   En 1973 cet article paraissait dans le journal aujourd'hui défunt de Images du Monde. Si le texte n'est que dans la ligne ordinaire, les photos par contre sont d'une grande utilité et contribuent à l'enrichissement de l'iconographie "vacherinesque", puisqu'elles offrent de découvrir des opérations de la préparation de ces pâtes molles d'ordinaire peut mises en évidence.
    Nous sommes une fois de plus chez Victor Golay, plus gros commerce du village, et par conséquent le plus couru par les journalistes débarquant  chaque automne en notre agglomération  pour s'enquérir de la bonne santé commerciale de notre vacherin qui vit véritablement là ses heures de gloire. C'est en effet une progression annuelle constante, ce qui permet d'augmenter le nombre des centres de fabrication, ou tout au moins d'offrir à ceux existants de produire plus de pâtes molles, diminuant en conséquence la quantité totale de gruyère fabriqué en une saison.
    Le produit est donc à tous points de vue sur une pente ascendante qu'il semble ne jamais devoir quitter. Et c'est tant mieux pour lui. Qu'il en profite donc un maximum!