68. Alexandre Bourgeois, initiateur du Collège industriel du Chenit (1829-1917)
Alexandre Bourgeois photographié par Auguste Reymond, extrait de photo de groupe
    L'homme est des plus attachant. Et qu'il ait vécu en deux périodes aux USA le rend encore plus intéressant. C'est là-bas qu'il eut peut-être l'admirable prémonition que l'enseignement secondaire était une nécessité et que la Vallée se devait de posséder un établissement de ce genre.
    Revenu dans notre région après un séjour de 10 ans aux Etats-Unis, en 1876, il arrive à convaincre les autorités de la nécessité de ce type d'enseignement. Les locaux primitifs sont vétustes. Qu'à cela ne tienne, on saura y faire ses premières expériences pour en arriver, après encore un second déménagement dans une maison particulière, à habiter un véritable collège inauguré en 1894. C'est alors véritablement que le secondaire prend son envol pour doter désormais les jeunes gens et jeunes filles, essentiellement du Chenit, d'une culture générale digne de ce nom.
    Du collège naîtra l'école d'horlogerie. En ses propres locaux tout d'abord, puis en un bâtiment propre en 1908. Alexandre Bourgeois ne fut pas étranger à cette seconde création. 
   Ce fut non seulement le premier directeur de l'établissement secondaire, mais le premier maître. Son enseignement, aux dires de ses anciens élèves, et plus particulièrement de Samuel Aubert qui allait être professeur à son tour dans ce vénérable établissement, était d'une grande clarté, voire même d'une certaine luminosité. Ses exposés simples et concis, pénétraient la mémoire de ses élèves pour n'en plus ressortir.
    Alexandre Bourgeois quitta l'enseignement en 1898, et cela sans que la commune du Chenit ne lui ait témoigné beaucoup de reconnaissance. L'homme en souffrit. Il repartit bientôt pour les USA où était déjà installé son fils. Il mourut en 1917, presque oublié de la population qui pourtant lui devait beaucoup.