65. Chez Ravier.
Chez Ravier.
    Il fut un temps où Chez Ravier portait le nom de Les Raviers. Pour la simple raison qu'il y avait plusieurs maisons dans cette zone, trois selon le plan de 1785, deux selon le recensement de 1866, avec non moins de dix personnes y vivant. La chute n'en sera que plus rude, puisque les derniers habitants se retirèrent de la région, pourtant bien jolie, en 1881 déjà.
    A cet égard,  si les siècles précédents avaient vu une forte colonisation, le XIXe siècle signa le glas de ces hauts vallons. Les habitants désormais, alors que le chemin de fer pénétrait dans les régions les plus reculées de France, ne voulaient plus de cette solitude qu'ils jugeaient trop pesante. On voulait les commodités qu'offraient les centres. Et  puis aussi, assurément, on ne trouvait plus ici suffisamment d'occupations pour nourrir une famille. Les conditions économiques avaient fondamentalement changé, l'agriculture peu à peu perdait de son importance au profit de l'industrie. Si l'on voulait survivre, il fallait se situer désormais là où le travail s'offrait.
    Ainsi la zone du Risoux se trouva-t-elle désertée.