62. En passant par les Epoisats
Le chalet des Epoisats tel qu'il se présentait en 1663
    Les Epoisats, ce n'est plus qu'un vallon solitaire où ne passent que les promeneurs à destination de Vallorbe, ou les rares professionnels du bois qui ont à y exploiter la forêt. Tandis qu'autrefois, en ces lieux sauvages et reculés, c'est toute une colonie humaine que nous y trouvions, avec des chalets et des maisons, en ces dernières où l'on vivait probablement à l'année. Il est vrai que l'essentiel des pentes un tant soit peu terreuses avait été défriché et qu'il y avait ici de la place pour plusieurs alpages et domaines, envisageant tout de même dans ce grand lot l'espace de Sagne Vuagnard situé plus en aval.
    Il y avait surtout aux Epoisats une fruitière importante rachetée sauf erreur en 1663 par la commune de Vallorbe a un ancien bailli. Cette commune devait la gérer pendant au moins un bon siècle et demi, avant qu'elle ne disparaisse, reprise par la forêt.
    L'histoire de cette montagne est peu connue. Nous tentons dans ce nouveau chapitre, avec surtout l'apport des cartes de l'époque, de mieux cerner ce mouvement colonisateur qui nous surprend si fort aujourd'hui. C'est qu'alors on avait besoin d'espace pour nourrir une population en croissance continue, et que les rendements n'étaient de loin pas ce qu'ils sont devenus.