60. Le tourisme de la Vallée de Joux pendant un siècle par les publications diverses et le matériel publicitaire.
Une affiche à vous faire rêver, avec des bleus comme on n'en vit peut-être jamais, et même en nos sites les plus remarquables.
    Ce gros pavé précède en quelque sorte l'essentiel de cette rubrique qui a permis de développer les informations pour chacune de ces publications. Il est brut pour net, selon par ailleurs beaucoup de nos publications. Il n'en contient pas moins des renseignements dignes d'intérêt quant à un gros pan de notre histoire économique qui, curieusement, n'a jamais retenu l'attention des chercheurs. Peut-être ceux-ci se presseront-ils au portilllon après avoir découvert dans nos différentes rubriques toute la richesse de la documentation que l'on peut trouver à ce sujet. Une documentation qui ne tombe toutefois pas du ciel, mais est le fruit d'une collectionnite aiguië, comme aussi d'une recherche inlassable. On n'amasse jamais des documents sans peine. 
    Cette conséquente brochure clora, pour un temps tout au moins, notre exploration de la facette touristique de notre région. Ce fut, nous devons l'avouer, un travail heureux, mais en même temps de pénitent ! Les heures, on ne les compte pas, les doutes non plus. Qui s'intéressera à cette matière, et surtout, globalement, que pourrait-on en faire ? Tout passe, tout lasse, les nouveaux programmes chassent impitoyablement les anciens qui, parfois, ne laissent que peu de traces, tout au moins ne servent plus d'aucune manière de référence. Et pourtant, il est facile de constater que beaucoup de productions anciennes,  certains prospectus, que nous appelons ici "classiques", les affiches surtout, étaient bien supérieures sur le plan esthétique à nombre  de nos créations actuelles. Il fut un âge d'or du graphisme touristiquie. Les artistes de l'époque savaient dessiner, poser des couleurs, et même si parfois elles ne correspondaient pas tout à fait à la réalité, et surtout inventer, on veut dire par là amener un paysage à partir de ses lignes authentiques afin de le faire rentrer  dans un cadre romantique où le rêve a une bonne part. C'étaient très certainement de grosses pointures,  ces artistes, ou plutôt ces graphistes, car s'ils livraient un matériel qui était sorti de leurs mains, néanmoins on leur avait fixé les thèmes à peindre ou à dessiner. 
    Il y aurait encore beaucoup à dire, on pourrait reprendre par exemple chacune de ces belles affiches pour les disséquer, pour en révéler le contenu dans son détail, mais il faut savoir se limiter, et surtout laisser à d'autres le soin de prolonger l'étude et la réflexion sur ce sujet certes particulier, mais dans tous les cas passionnant.