5. Un verre de vin.
La beauté du vin nous va droit au coeur.
    C'était une grappe, là-bas sur quelque côteau. Elle avait vu le paysage, elle avait découvert l'homme à l'oeuvre. Elle avait puisé une sève d'une pureté admirable dans un sol profond que les herbicides n'avaient pas empoisonné. Elle s'était grossie, puis tintée, pour avoir maintenant ce rouge profond, presque noir, et que l'on se décidait soudain de cueillir. Et cette grappe, précisément, comme par un miracle unique, elle s'était transformée en votre vin dans un verre. Alors que l'on sait les étapes d'une vinification parfaite. Elles sont nombreuses. Il faut accomplir chacune de celles-ci avec la méticulosité d'un horloger. Il ne faut jamais se relâcher et toujours suivre. 
    Il n'empêche qu'en voyant le vin qui est dans son verre, on voit quand même la grappe, là-bas, sur les hauteurs de ce vignoble auprès duquel on passait tantôt peut-être. Ainsi tout est lié, la terre, le pays, l'homme et finalement le produit fini qui rempli votre verre. Ce sont là des étapes connues de temps immémoriaux. On n'invente rien. On prolonge. On améliore. On affine. On offre plus d'importance au sentiment aussi, à l'histoire, à la culture. On en a fait un tout fascinant. 
    Et tout cela pensé, juste à cause d'un verre de vin!