5. Un passage au Simplon au milieu du XIXe siècle, par Théophile Gautier
Simplon-village, par Gabriel Lory fils, 1811
    Mythique Simplon. Magnifique Simplon, où après que vous soyez arrivé au niveau du col et que vous aurez laissé votre voiture pour vous décider à faire quelques pas, vous découvrirez un environnement exceptionnel fait d'une herbe rase et d'une courte végétation arborescente signifiant déjà la difficulté du climat en cette altitude où les arbres perdent pied.
    Il y a là une ambiance. Comme aussi dans le vaste hospice où vous vous serez arrêté. Tout cela est un peu hors du monde, avec un temps qui n'est plus le même que partout ailleurs. C'est ici en vérité ces lieux intermédiaires entre la plaine que vous avez quittée il y a quelques heures, et la haute montagne où vous n'irez peut-être pas. Mais dans tous les cas, ce Simplon est un monde extraordinaire qui a tellement marqué les voyageurs qui avaient à l'emprunter, que beaucoup parmi les plus lettrés de ceux-ci ont laissé trace de leur passage par une narration en bonne et due forme.
    Certains de ces textes, tel que celui de Théophile Gautier, sont des merveilles.