5. Les églises du Pont
L'ancienne église du Pont, avec le grand bassin où ces dames font leur lessive. Toute une ambiance.
     La première église du Pont fut construite au milieu du village au début du XVIIIe siècle. Elle devait rendre de fiers services pendant pas loin de deux siècles.
    Devenue vétuste, le village du Pont s'étant fort développé, grâce surtout au tourisme, à l'installation des Glacières et à l'arrivée du train dès Vallorbe, il convenait, soit de la reconstruire sur place, soit de trouver un nouvel emplacement.
    Nous sommes en 1897-1899. L'espace à disposition sur place étant insuffisant, on envisage une nouvelle situation pour le bâtiment à construire. D'aucuns visent à rester au milieu du village en empiétant sur le lac; d'autres, les plus nombrerux, la voient volontiers au pied de l'Aouille, à proximité même du Grand Hôtel du Lac de Joux que l'on vient de construire. Ainsi l'on ferait d'une pierre deux coups: on offrirait une situation de rêve pour ce nouveau lieu de culte aux gens du village, et l'on mettait celui-ci à disposition des hôtes du Grand Hôtel du Lac de Joux quand il est nécessaire. 
    Le Crêt du Sablon fut l'endroit retenu, encore que certaines particularités géologiques de l'endroit n'étaient pas sans créer des soucis, capables à plus ou moins long terme de générer quelques problèmes. Mais on ne s'attarda pas à ces "détails" et l'on se mit courageusement à l'ouvrage.
    L'église fut inaugurée le 28 octobre 1900.
    L'horloge ainsi que les deux cloches, l'une de 200 kg et l'autre de 300 kg, donnant le do et le mi, furent fournies par la maison Odobey Cadet à Morez.   
   Les vitraux avaient sauf erreur été fourni par Charles Kunz à Lausanne.
    Une grande restauration intervint en 1959-1961. Les anciens vitraux furent alors remplacés, les nouveaux oeuvres de l'artiste Bodjol, financés avec l'aide du fonds Gleyre et de la Confédération helvétique.
    Aujourd'hui les mouvements du terrain, dont on n'avait pas tenu compte au départ, "portent leurs fruits", de telle manière que l'église, placée sur un socle rocheux qui s'élève de quelques mm ou dixième de mm par année, se fissure et apparaît quelque peu délaissée. Et si la situation reste certes magnifique pour ce qui est du coup d'oeil sur le lac de Joux, elle fut longtemps difficile pour les fidèles qui avaient à s'y rendre à pied,  surtout en hiver et avec de mauvais chemins.
    Quant à l'ancien édifice, dont le clocher avait été tôt arasé, il fut démoli vers 1920 pour céder la place à ce que l'on appelait à l'époque le Casino, dont l'inauguration se fit le 25 mars 1922. Ce n'est autre que la Grande salle actuelle.