59. Les marchands de planches du Pont.
Ils auraient pu être comme celui-là...
    Il y a beaucoup de menuisiers dans la commune de l'Abbaye au début du XIXe siècle. Peut-être quelques-uns de ceux-ci ont aussi pour activité de faire du commerce avec les bois oeuvrés dans nos nombreuses scieries. La chose n'est pas précisée. 
    Ce n'est qu'en 1857 seulement qu'un précieux listage fait état de véritables marchands de planches pour le village du Pont. Ils sont quatre au moins, qu'il convient ici de citer: 
    Rochat, Louis, dit blanc, marchand de planches 
    Rochat, Louis-Samuel, greffier de paix, entrepreneur des postes, marchand de planches
    Rochat-Lugrin Alexandre, marchand de planches, néogicant
    Rochat, Samuel, marchand de planches en gros. 
    Et tout ces gens-là ont aussi probablement leur petit domaine. On le découvre donc, en général, le Combier, vit non seulement d'une seule profession, l'agriculture et l'élevage, mais en plus s'adonne à de nombreux petits métiers qui lui permettent d'occuper les mauvaises saisons où plus rien ne se passe dans le domaine de la vie agricole, si ce n'est qu'il faut quand même traire deux fois par jour et affourager son bétail, et surtout de nouer les deux bouts. 
    C'est ce phénomène qui donne toute la diversité aux professions anciennes des habitants de la Vallée de Joux. En ce sens, des découvertes sont encore à faire.