58. Du côté du Séchey, Le Séchey.
Quand les gens du Séchey se font artistes. Panneau l'automne, peint pour le 600e de la commune du Lieu en 1996.
    Petit village caché au coeur du vallon du Lieu, en particulier de celui où se niche le lac Ter qui, lors de ses grandes eaux, est capable de venir lécher les bottes de l'agglomération. 
    Il est le seul de la commune du Lieu - sur cinq hameaux - à avoir gardé une administration propre. Comme quoi les petits sont parfois plus coriaces que les gros. 
    Son nom lui vient sans doute de ce que à l'automne tous les environs, sagnes en particulier, offrent la vision très poétique d'herbes sèches couleur paille ou rouille. 
    Le Séchey a son histoire, très longue, très particulière, avec des dates clés, comme celle par exemple de la construction de sa chapelle inaugurée en 1766. Elle a disparu pour n'être pas remplacée. Simplement que sa cloche, coulée en 1780 aux Essertets, fut posée dans le clocheton mis sur le toit de son collège construit en 18980. 
    Le Séchey connut un boum horloger formidable dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Celui-ci fut sérieusement mis à mal par la crise napoléonienne. 
    Le coq est le symbole de ce village dont les habitants, ce nous semble, ne sont ni plus fiers qu'ailleurs, ni plus belliqueux non plus. Alors qu'en est-il de ce volatile sur les armoiries ?