57. L'industrie des étrangers au Pont.
Quand les traîneaux étaient maîtres de la route...
    Le Pont fut sans contredit, et de toujours, la vraie capitale du tourisme à la Vallée. Il le doit à sa situation toute particulière en bout du lac de Joux, position clé qui lui offre cette vaste surface d'eau dans toute sa beauté et sur sa longueur de 9 km. 
    Nul village d'autre part, en une vallée traversée par les vents dominants, n'est mieux situé que le Pont, presque complètement à l'abri des fortes bises de par la protection des Agouillons, de l'Aouille, et bien sûr de la Dent, que l'on ne voit bien sûr pas d'ici, mais gardienne quand même du beau village. 
    Ce tourisme commença surtout avec l'arrivée du chemin de fer au Pont en 1886. Alors bientôt se construisirent hôtels et pensions de famille. Une nouvelle industrie était née dont chacun, semblait-il, pourrait profiter, les magasins du village en priorité, qui se mirent à vendre des articles de sports. Il fallut aussi bien naturellement apprendre les langues, pour pouvoir satisfaire de plus en plus d'Anglais, mais en même temps de belles cohortes de Suisse-allemand venus visiter cet ouest de la Suisse dont il y a peu il ignorait tout. 
    Le tourisme allait radicalement changer le village du Pont.