51. Ces indispensables marchands de deuxièmes.
François n'était pas revendeur, mais vendeur tout simplement, ayant son commerce d'affinage aux Places, sur le Pont.
    Le deuxième choix, dans le domaine de l'affinage, c'est cette marchandise qui n'est pas forcément mauvaise, mais dont les clients ordinaires ne veulent pas, car trop faite ou d'une présentation un tantinet moins glorieuse.
    Passent des revendeurs chez les marchands de vacherins dont le métier est de prendre en charge cette marchandise déclassée et d'aller la revendre "par en bas", comme on disait. C'est-à-dire, à leur choix, à la ville ou à la campagne.
    Les revendeurs, sans exception, étaient des personnages hors du commun. On en retrouvera quelques-uns dans ce chapitre. Mais nul doute qu'il y en eut dix fois plus, et tous avec des personnalités sortant du lot.
    On écrirait un livre à leur égard si l'on savait toutes les aventures qu'ils purent rencontrer sur le chemin pas toujours aisé de leur profession si particulière.