50. Hermann Lugrin, amodiateur et marchand de vacherins (1886-1970).
Elise et son frère César à la Sagnettaz que loue leur père Hermann Lugrin.
    Hermann Lugrin fut probablement plus amodieur que marchand de vacherins. On le voit ainsi monter la Sagnettaz, en dessus de Vaulion, puis bientôt le vaste alpage des Grands Plats de la commune du Chenit. Il y a toute les chances pour que l'on engage alors un fromager qui s'occupera lui-même de la fabrication, tandis que le patron gérera l'entier de l'exploitation, l'alpage d'une part, et le domaine du Séchey d'autre part.
    Il est possible que ce soit-là, dans ce métier d'amodiateur, qu'Hermann Lugrin prenne le goût du commerce,  qui en arrive vite à penser qu'il peut lu-même commercialiser les vacherins que probablement il fabrique en fin de saison.
    Ainsi il faut le constater, sur la commune du Lieu dans tous les cas, que souvent la gestion d'une montagne, soit une amodiation, débouche peu à peu sur des pratiques commerçantes. On fabrique le produit, on le revend à un affineur, à Rochat-Golay du Pont par exemple, et puis peu à peu on le prend en charge soi-même, quitte à compléter un volume par trop modeste par les productions des autres. Et ainsi naît un commerce qui, parfois, dure des décennies. Avec les hauts et les bas inhérents à ce genre de pratique.