4. Considérations sur le climat de la Vallée de Joux, par Samuel Aubert, 1932.
Rude climat quand même que le nôtre!
    Ayant fait moi-même des observations thermométriques et pluviométriques journalières, au même endroit, du 1er septembre 1892 au 1er octobre 1929, soit pendant 37 ans, continuées dès lors par M. Pierre Baud, il m'a paru utile, malgré les substantiels travaux de mes précécesseurs, de tirer les conclusions qui s'imposent, de l'abondance des chiffres amassés.
    Jusque dans le cours de 1896, les précipitations ont été mesurées au moyen du pluviomètre ancien modèle (1 dcm2); aussi ne ferai-je état dans ce qui suit, que des observations pluviomètriques notées à partir du 1er janvier 1897, accomplies exclusivement au moyen de l'instrument nouveau modèle (2 dcm2).
    Quant aux observations thermométriques, je laisse de côté celles qui sont antérieures à 1903 parce qu'elles présentent quelques lacunes.
    Depuis le 1er janvier 1897, le pluviomètre et les thermomètres sont installés dans le jardin du Collège scientifique à Chez le Maître, près Le Sentier - alt. 1024 m. - et n'ont pas été déplacés. Les thermomètres - minimum et maximum - sont suspendus à 1.20 m. du sol, dans un abri dont les quatre faces sont à claire-voie.