47. Le Cernois Vuillet.
Le bel érable et le balanciers figurant devant le Cernois Vuillet.
    Après avoir traversé toute l'immense clairière à l'autre extrémité de laquelle se trouve les Loges-dessous, nous arrivons à proximité du Cernois Vuillet qui nous a intrigué tout au long de notre promenade avec ses énormes contreforts rouges apposés contre sa façade côté pâturage. Cela n'a  rien d'esthétique. On suppose néanmoins que l'utilité de ces énormes piliers a été démontrée et qu'ils étaient donc nécessaires.
    Le chalet, sans aucun doute, est tenu par des Suisses. Un drapeau helvétique flotte au haut d'un mât, et surtout, à l'intérieur des deux volets, sont agraphés des articles des journaux du canton de Vaud. On y découvre notamment Roger Rochat, qui n'est autre que feu notre Goudron national qui participait allègrement autrefois à toutes les montées du coin, et plus le bétail était nombreux, et plus il y avait de cloches, plus il était heureux, le bougre. On voyait parfois le grand troupeau passer au village des Charbonnières. Le tenancier de l'Hôtel du Cygne était là pour offrir à boire. Et vite ainsi Goudron d'en écluser deux, il transpirait à grosses gouttes, pour repartir ensuite à la suite du troupeau de ses grandes enjambées, tenant son bâton avec fermeté. Qu'il était fier. On lui rend hommage en passant.
    On aura quelque doute sur l'atitude du chalet qui ne saurait en aucun cas être de 1218 m. ainsi qu'il est indiqué. Quant au nom actuel, Cernois Dubief, est-ce celui du dernier propriétaire ? C'est probable.