46. Paul Lugrin-Cart, commerçant en vins et vacherins (1863-1914)
Le Séchey en 1897, par le photographe de Roger Dombréa.
    L'homme à son décès à l'Hôtel de France à Lausanne, est signalé comme représentant de commerce. Sans nul doute ses affaires, fromages, vacherins et vins, l'amènent à fréquenter la capitale, et notamment l'hôtel en question qui aura donc été ainsi son avant-dernière demeure, l'homme ayant été  remonté à la Vallée pour être enseveli au cimetière du Lieu où il fut gratifié du piquet no 29, juste à côté d'une autre représentante de son village décèdée un jour auparavant! Ce ne fut donc pas une grande semaine pour le Séchey qui perdait là deux des siens à si peu de distance l'un de l'autre.
    Paul Lugrin-Cart avait 51 ans à son décès. On ne peut donc pas vraiment parler d'une carrière bien remplie. Néanmoins l'entreprise sera quand même poursuivie par sa mère d'abord, puis par sa veuve et par la hoirie, et cela pendant encore 25 ans environ. 
    Paul Lugrin-Cart laisse l'une des plus belles entêtes de la corporation, celle dite au chevreuil, un exemple parfait de ce que les caligraphistes et imprimeurs de l'époque pouvaient faire.