44. Le Creux au Boc.
La grâce d'un beau moment de l'existence ancienne de nos combiers et combières.
    Si l'on a imaginé patiner sur la Gouille du Creux, par contre le Creux au Boc vit de manière certaine la foule des patineurs. C'était au début du XXe siècle, et un photographe, Ô miracle, fut là à l'heure même de ces réjouissances sportives. Il laisse trois clichés au moins des grandes heures du Creux au Boc, alors que l'on y découvre les loisirs anciens de nos concitoyens, toutes générations confondues, alors qu'il a fait froid, que le lac ici a gelé et que l'on y peut patiner sans problème. 
   C'est la grâce d'un beau moment en un XXe siècle qui en manqua si cruellement, avec son nationalisme exacerbé et bientôt ses guerres tous azimuts. Quelques heures aussi volées à une existence d'ordinaire rude et monotone. On est tous là, nous autres du Bas-du-Chenit, et l'on est heureux. Profondément. Et on l'est tellement que l'on reviendra le plus vite possible. 
    Simplement qu'il faudra attendre une semaine, et que s'il neige entre deux, c'en sera fichu. 
    Alors, à l'année prochaine. Et vive toujours le Creux au Boc.