44. Des chemins didactiques en veux-tu, en voilà!
Un parcours idyllique...
    Peut-être cela est-il devenu une marotte, que de positionner des chemins didactiques ou historiques un peu partout dans notre contrée, et cela, il faut le reconnaître, à l'exemple de ces multiples chemins que l'on propose un peu partout dans notre Europe occidentale. 
    Ce n'est pourtant pas négatif, puisqu'il convenait, soit d'offrir un beau parcours fléché à quantité de promeneurs avides d'espace et de grand air, soit de renseigner ces mêmes sur le riche patrimoine historique d'une région donnée. On n'en sait jamais trop. Et surtout il est bon de comprendre que le monde que nous vivons ne s'est pas construit d'un claquement de doigts, qu'il y a eu, qu'on laisse trop souvent en arrière sans trop de considération pour ces prédécesseurs qui ont du mener leur existence avec les moyens du bord, beaucoup de peines et de souffrances humaines. D'abord à défricher pour mettre en valeur les meilleurs terres, à construire, puis à améliorer les conditions de vie, si faire se pouvait. 
    Certes, on ne le faisait pas forcément en vue d'offrir aux gens du futur, à nous en particulier qui sommes sur la tranche modeste du présent, tout passe tout lasse, bien plutôt pour simplement vivre. Et  pourtant, quelqu'aient été les obligations de l'heure et les motivations de ces anciens, il convient de les comprendre et de témoigner de la reconnaissance à ceux ou celles-là tous et toutes  qui trivougnèrent en ces âges canoniques et oubliés.  
    Ces chemins, on peut le penser, furent mis en place dans cette optique, plutôt que d'amuser sans conséquence notre population ou ces aautres qui passent. Il faut avoir le courage et la volonté, d'accorder de l'attention à ce qui fut, ne serait-ce que pour mieux comprendre le sens de notre vie.