42. La Gouille du Creux, au pied de la Roche Brisenche.
La Gouille du Creux, photo E. Vidoudez.
    Elle naît ou augmente très singulièrement de surface, lors des grandes pluies. La dépression s'est remplie et cette simple gouille alors vous offre la beauté étonnante d'un petit lac de montagne en lequel se reflètent le ciel et les forêts de proximité, avec naturellement de beaux et grands nuages. C'est magnifique. 
    Pour la trouver, du Carre, il faut franchir le pont, emprunter sur cent mètres  le chemin conduisant au chalet de Praz Rodet, là-bas, à quelque distance d'ici, et prendre cette autre voie qui part à angle droit en direction de la Roche Brisenche. Deux cents mètres et vous y êtes. 
    Le spectacle est de choix. Il est probable que suivant la lumière, on pourrait faire des clichés sensationnels. Ce lac, car c'en est devenu un par grosses pluies, a de l'attrait, du romantisme. Il ne manque plus qu'il ne gèle et qu'on vienne y patiner. Là, au pied même de cette Roche Brisenche si intriguante, ce serait proprement formidable. On prendrait son pied. On jouirait. On serait naturellement seul. Et l'air aurait ce petit piquant qui sied à un tel exercice. On serait en dehors du monde et l'on ressentirait comme nulle part ailleurs des ondes douces et profondes tout à la fois. Ce pourrait même être là l'un des sommets de votre vie. 
    Il suffit donc d'attendre et que nous vienne enfin ce mois de décembre que l'on espère toujours plus beau encore que celui de l'année d'avant. Non pas pour sombrer à son tour dans cette folie des cadeaux, mais pour découvrir plutôt quelque coin que l'on ignorait et capable de vous offrir des sensations vraiment extraordinaires. 
    A suivre!