42. David des Ordons, Histoires de loups.
La crécelle, instrument pour effrayer les loups!
   Le bétail était souvent en butte aux attaques du loup. Aussi avait-on coutume de dire en ce temps que, pour avoir une vache, il fallait élever deux veaux : le loup et l’Ecouairtse-vé (l’écorche-veau, nom donné par les montagnards au joran) se chargeaient de faire disparaître l’un des deux.
    
Pour mettre en fuite le loup, les bergers employaient une espèce de crécelle appelée remette, qu’ils agitaient par intervalles et qui produisait un bruit affreux. 
Nous nous souvenons d’avoir vu l’un de ces instruments remisé dans un grenier des Piguet-Dessous.    
    Nos ancêtres croyaient, à propos des loups, les choses les plus étranges. On disait entre autres que lorsque la faim les poussait, ils venaient manger une espèce de terre glaise au bord de la rivière : « E zaou la chance tié medgèvon l’erdzele, san tié s’érei zaou dévoûra ! (j’ai eu la chance qu’ils mangeait l’argile, sans quoi j’aurais été dévoré !) disait le conseiller Jaques-David Piguet, à propos d’une rencontre avec deux de ces animaux.