42. Cabane "La Pivette", construite en 1930.
Une bien jolie cabane, au coeur de la nature et de la montagne, grandes épuratrices des âmes...
    Les cabanes, voilà la marotte pour dire absolue de nos Combiers d'autrefois - et d'aujourd'hui! - quand il ne partaient pas tous les six mois pour les antipodes, qu'au contraire ils devaient regarder leurs crêtes, encore heureux qu'ils puissent aller au-delà une ou deux fois l'an, une fois pour se rendre au Comptoir, la deuxième pour une course dans les Alpes ou une promenade en bateau sur le Léman.
    Eh! oui, on construisait des cabanes. Et pour cela l'on allait dans le Risoud ou l'on montait sur le Mont-Tendre. On choisissait un beau coin, et même si celui-ci ne vous appartenait pas, les premiers coups de pioche, les pierres qu'on charrie, la charpente qu'un camion d'époque vous monte depuis les scieries de la Vallée tandis qu'on n'avait que l'embarras du choix, et voilà, il y avait une cabane de plus en nos grandes solitudes qui le devenaient de moins en moins.
    Il y avait les cabanes privées, mais aussi les collectives, c'est-à-dire montées à plusieurs tandis qu'on avait formé une société en plus ou moins bonne forme. Car s'il y avait du bonheur là-haut, à se ressourcer aux pieds des grands sapins, de préférence avec une belle vue sur un joli site de notre région, parfois même sur les Alpes, il pouvait arriver des complications pas possibles. C'est humain.
    La Pivette entre dans la seconde catégorie. On se mit toute une équipe, et là-bas, sur le Croset au Boucher  l'on construisit une jolie cabane.
    L'équipe, c'était l'U.C.J.G, section montagnarde.
    Cette aventure vous est racontée ici par M. Marius Meylan avec beaucoup de sensibilité.