38. Images de Paris II - 2006 -
Elle est belle, notre Brigitte... (Musée Grévin)
    C'était quand même quelqu'un, le Comte de Taton Latour d'Estribaud de Corre!
    Il faisait peut-être de la politique. Il avait de la tune. On le respectait. Ses avis comptaient. Il connaissait Paris comme sa poche d’y avoir toujours vécu. Il y avait occupé des fonctions importantes dans l’administration. Il était même orgueilleux, le Comte, un pisse-froid, un m’as-tu vu de première, hautain, prétentieux. Nous  de la haute, avec un nom pareil, non, mais vous ne pouvez pas en douter, se pensait-il chaque jour.  Il se répétait son propre nom pour s’en réjouir. Il faisait chanter son nom. Son nom,  c’était un poème, rien que son nom, sans rien avant ni rien après. Comte de Taton Latour d’Estribaud de Corre. Joli nom. Important surtout. A respecter. A ne jamais oublier. On est de Paris. On sera éternellement de Paris dont on a connu les hommes importants et leurs compagnes, et quelques jolies filles au passage.