38. David des Ordons, Vieilles histoires pour le Nouvel-An.
Quelque part en l'un de ces endroits qu'affectionnait tant David des Ordons
     Ce livre, ou plutôt cette brochure, que vous tenez dans les mains, ne la dévorez pas trop goulûment ! Au contraire, goûtez-la à petites doses, savourez-là. Car c’est une pure merveille. Ah ! notre conteur local David des Ordons ! Ah ! cette langue savoureuse à nulle autre pareille parmi celles qui ont voulu faire revivre notre vieux passé !    
   
Hélas, cet homme déjà d’un autre temps, oublié de nos concitoyens que l’on voudrait tant initier à la richesse foisonnante des textes combiers, a peu écrit. Le dixième de ce qui aurait pu être, que disons-nous, le centième. Certes, on aura lu de lui les Aventures de Pierroton Maréchaux, son histoire des Piguet-Dessous, on lira encore d’autres anecdotes, dont histoires de loups à paraître l’an prochain. Mais hormis cela ? Quelques récits peut-être qui n’ont pas été publiés et qui demeurent chez d’ignorés descendants, et des notes, et des essais généalogiques à profusion. Et c’est tout, ou à peu près, du moins à notre connaissance.
   
   
C’est pourquoi nous vous demandons de la déguster lentement, cette brochure unique, et de fermer les yeux et de revivre ces moments d’un autre et très lointain siècle. Elle paraît pour Noël. C’est l’heure exquise. La neige est tombée sur nos villages, a feutré le pas des dernières gens qui rentraient. L’arbre est illuminé encore. Et dans la pièce, il y a cette odeur unique de sapin, de bougies et de soleil qui brûlaient il y a peu. N’est-ce pas l’instant privilégié pour goûter à ces vieilles histoires ? Où, par la prodigieuse puissance du texte, revient nous tenir compagnie David des Ordons, ce malicieux philosophe de notre haute combe, ce magicien.

                                                                                        Bonne fin d'année !