36. Baita di Muce.
Un petit hameau au fond d'un vallon sauvage, Baita di Muce.
     Les promenades sont comme autant de points de repères dans notre passé pour nous faire comprendre, quand on se met à les revisiter, à quel point le temps passe et  relègue dans un magma presque douloureux tout ce que nous avons vécu. Autant la promenade fut belle vécue, autant parfois elle en devient presque traumatisante quant on la revit. Parce qu’elle est derrière, résolument, et si les lieux que l’on côtoie demeurent, par contre les gens avec qui l’on a fait la ballade, souvent, ne se retrouveront plus pour des rencontres similaires. Cela est inscrit par l’image, donc cela fut réellement, mais dans la réalité présente, c’est un peu comme si cela n’avait jamais été vécu. Ou alors considérons que ce fut-là un monde différent.     
  
D’où la souffrance permanente de revivre toutes ces promenades qui sonnent le glas de notre passé immédiat. Rien ne reviendra plus. Avec la nécessité primordiale de faire de nouvelles promenades pour recouvrir le souvenir de celles qui ne reviendront plus.
   
   
Nous étions partis ici de Gaiazzo, probablement au début de l’après-midi. La promenade que nous nous promettions de faire, classique, ne nous demanderait guère plus de deux petites heures. Ce serait donc une course plaisante et sans fatigue.