34. Revue suisse de l'office national du tourisme, numéro du 9/1976 consacré au cours de l'Orbe.
Une Orbe bien paresseuse mais Ô combien belle...
    Un numéro exceptionnel, préparé avec un soin tout particulier, partant de l'Orbe au niveau du Lac des Rousses, pour arriver à Orbe, lieu où la belle et sympathique rivière perdra son nom pour se jeter dans la Thièle. Ce ne sera plus désormais qu'un simple canal rectiligne sans aucun charme jusqu'à son embouchure dans le lac de Neuchâtel à Yverdon qu'il traverse toujours en absence de toute poésie. 
    Dans ce numéro que nous nous autorisons à reproduire, s'il y a contestation quelconque nous retirerons ce chapitre illico presto, on découvrira, en même temps que le parcours paresseux de l'Orbe au niveau de la haute vallée,  quelques-unes des activités de nos Combiers: un bûcheron, un leveur de sangles par exemple. Quoique la nature inviolée ait encore plus de place: le Risoud, la combe de Chapelle des Bois, des reflets sur le lac ou la rivière, bref, un environnement encore intact. La carte Vallotton dite de Yale, de 1710 environ, permet de situer tout ce petit monde. 
    En route ensuite pour Vallorbe et pour Orbe où l'on découvrira le charme de ses petites rues. Mais avec un détour pour le moins inattendu par Romainmôtier, avec sa splendide abbatiale, mais surtout son prieuré où règne déjà en maîtresse respectée, Mme Von Arx qui a véritablement insufflé au village, par son immense culture, une vraie passion pour l'ancien de cette cité étonnante. 
    Bref, un numéro sensationnel, et qu'il ne fallait en son temps pas  laisser se perdre dans le train, pardi. Plutôt l'emporter à la maison pour, presque quarante ans plus tard, en faire bon usage.