33. Une si belle glace - Hollande, XVIIe siècle -
Paysage d'hiver avec patineurs et trappe d'oiseaux, de Pieter Bruegel, 1565.
    Nous étions au milieu du XVIIe siècle. L’on pouvait enfin croire que la civilisation que l’on avait développée depuis des décennies avait gagné cet âge de paix où désormais tout serait possible. Le bonheur surtout. Les familles étaient solides, unies, les maisons étaient propres et accueillantes, avec de ces carrelages, mes amis, désormais à la patine si brillante, mais soyeux ne serait-il pas ici le vrai mot, que l’œil ne pouvait se lasser de les admirer. Ainsi l’intérieur des maisons et sa richesse était-il désormais caractérisé en premier par les sols. Venait ensuite le nombre des pièces, et surtout la manière dont celles-ci étaient agrémentées, de peintures diverses en général qui toutes ou presque reflétait la vie réelle en cet état de grâce tel qu’on l’avait enfin acquis.
    Intérieurs chauffés de vastes fourneaux de catelles où l’on y enfourne le bois que pendant la belle saison l’on est allé couper dans les forêts proches de la cité. Cette dernière n’est jamais si grande que l’on ne soit pas à proximité immédiate de ces grands bois.  De ce fait les transports sont aisés et rapides. Et l’on est bien, désormais, dans les maisons, et quelque soient les froids qui se sont abattus sur les extérieurs, chauffées de manière presque parfaite, d’autant mieux que les portes sont dès lors de qualité et ferment avec succès, ce qui n’était guère le cas il y peu encore.