33. Le Pré Bouillet est, en dessus de Mouthe.
Le Pré Bouillet est.
    Voici un deuxième Pré Bouillet. Il y en avait un troisième autrefois, celui-ci disparu au cours des âges pour ne plus laisser que les pierres de ses murs parmi lesquelles poussent des sapins. Celle-ci, personne ne la remontera plus.
    Au-dessus, le Pré Bouillet que nous dirons est. C'est là aussi une ancienne ferme, avec une grange devant permettre d'emmagasiner l'essentiel des foins faits à proximité. On vivait un peu en autarcie.
   Admirons le néveau. Et surtout l'angle, où s'ouvre la porte du corridor et où l'on a mis un banc pour que les vieux, le soir, ils puissent discuter. Et de quoi parlent-ils, ces ancêtres ? De tout et de rien, des foins qui tardent, d'un berger situé plus haut dans le vallon et avec lequel on échange parfois des idées sur cette problématique de ces hauts qui se désertifient, puisque les jeunes partent, qu'ils ne veulent pas rester ici où l'on ne voit jamais personne. Tandis qu'à Mouthe, qui n'est qu'à deux kilomètres, c'est plein de garçons de son âge, et surtout il y a des filles bien jolies! 
    Alors, dès qu'on le peut, on part, et on laisse les vieux seuls avec leurs occupations jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus les mener, bons pour la caisse. 
    Ce ne fut pas toujours facile, ces désistements, ces départs, un drame souvent. Dommage qu'ils n'aient rien écrit de leur aventure. Leurs impressions seraient précieuses aujourd'hui pour mieux les comprendre.