Notre grand poète eut longtemps les faveurs de nos hebdomadaires romands qui lui consacrèrent souvent quelques pages, témoignant de manière certaine de la popularité dont jouissait encore cet auteur dans le canton de Vaud dans la première moitié du XXe siècle.
    Un Juste Olivier de nos jours bien oublié, s'il n'y avait cette chanson de Taveyannaz qui demeure dans nos esprits, intemporelle, et que la Fête des Vignerons ne devrait pas délaisser de la sorte !