316. Une porte de chalet.
Ce fut en ce chalet-là, précisément, la Thomassette.
    Elément architectural d'une rare simplicité, avec un encadrement en pierre de taille le plus souvent et une porte de bois. Mais l'ensemble, qui donne accès à l'intérieur du chalet, ou qui naturellement permet d'en sortir, en particulier de la cuisine, est un tout qui mérite toute votre attention. C'est que par là ont passé des équipes par dizaines. Des équipes de cinq gaillards d'attaque, plus le bouèbe de service  au service des autres. Des équipes qui en ont assumé,  de l'ouvrage, et qui en ont fabriqué, des fromages. Que l'on affinait dans la cave proche. Aussi est-ce pour cela que les connaisseurs, quand ils rentraient dans la cuisine afin de venir trouver les bergers, car on se connaissait, ils sentaient l'ammoniaque. Qui est une odeur inimitable. Qui est une odeur qui vous transporte quand vous l'avez découverte alors que vous êtiez petit. Aussi est-ce pour cela peut-être que vous aimez tant le fromage! Allez savoir! 
    Bref, une porte de chalet, ce n'est pas n'importe quoi. Parce qu'elle ouvre sur un monde. Un monde de travail, certes, néanmoins un monde fabuleux où s'accomplissent des miracles: ceux de la transformation du lait en une matière qui réjouira plus tard votre palais, et comment: le fromage, le gruyère en particulier. 
    Et voilà, une fois de plus la vision d'une porte de chalet a fait que vous avez connu ce phénomène étrange, que vous êtes revenu dans le temps pour les voir encore à l'oeuvre, les bergers et le fromager. Et que c'est là un spectacle dont on ne saurait se lasser. Jamais!